LES PLEURS DANS LES TOILETTES

Je partage un extrait du livre de Lizzie Lowrie[1].

Lizzie n’a pas d’enfant.

Lizzie a vécu six fausses couches.

Les fausses couches sont intrinsèquement douloureuses physiquement, mentalement et moralement.

L’extrait est tiré d’un discours. Lizzie Lowrie l’a tenu devant un parterre de femmes parents et non-parents.

« J’imagine que la plupart d’entre nous, si ce n’est nous toutes ici, a pleuré dans les toilettes à un moment dans sa vie. J’ai l’impression que pleurer dans les toilettes résume mes cinq dernières années. Il y a les pleurs quand les règles commencent et que tu as réellement cru que tu étais enceinte cette fois, il y a les pleurs quand tu vois le sang et que tu étais enceinte, il y a les pleurs quand quelqu’un t’annonce un heureux événement, il y a les pleurs quand tu es entourée de mères et de futures mères et que tu portes le deuil d’un être que tu désires. Dans ces pleurs, il y a aussi la colère contre toi-même parce que tu es une horrible personne et que tu luttes pour te réjouir avec tes amis. Pleurer, dans les toilettes, illustre bien la solitude et l’isolement que tu ressens ; personne ne sait, parfois, même pas ton mari. »

Des femmes égales

Si l’on regroupe des femmes dans une pièce, qui peut savoir lesquelles ont accouché ? Lesquelles n’ont jamais enfanté ou perdu un enfant avant la naissance ? Après la naissance, à l’âge adulte ? Qui peut désigner à l’œil nu quelles femmes a passé des batteries de tests pour tenter de concevoir ou ne souhaite pas concevoir ? On ne le peut pas : les femmes sont toutes similaires. Le passé ou le futur d’un utérus ne se voit pas à l’œil nu. Malgré cela, des hommes et des femmes ont décidé qu’une catégorie de femme sera inférieure : la femme sans enfant.

Cette croyance gangrène de nombreuses cultures et sociétés. Des musulmans à travers les siècles ont adapté cette conviction à l’islam. Néanmoins, l’islam ne rejette pas une partie des êtres humains pour ses capacités ou son désir d’avoir des enfants.


[1] Lizzie Lowrie, Salt Water and Honey Lost dreams, good grief and a better story, Authentica,2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s