PAUSE VIDEO « NOTRE PERE Á TOUS » DE LUCIE JOURDAN.

Le Natalisme En Question

La mise en vente de tests ADN aux États -Unis permet la révélation de sordides pratiques de médecins spécialistes de l’infertilité.

Netflix, avec le Documentaire Notre père à tous (titre original : Our father) de Lucie Jourdan, s’intéresse au premier cas dénoncé de médecins utilisant sans le consentement des patientes leurs propres spermes pour l’insémination artificielle.

Lire la suite

SANS ENFANT PAR CIRCONSTANCE : DIFFERENCE ENTRE ESPOIR ET PATIENCE ?

L’espoir peut-il prendre fin ? Seul le cœur peut nous le dire, le cœur constitue notre boussole. Le Divin a probablement inventé l’espoir pour nous permettre de continuer d’avancer en toutes circonstances. Néanmoins, le Coran évoque la patience plutôt que l’espoir.

L’espoir dans un registre chrétien représente la confiance dans le Divin. Dans le contexte islamique, la foi équivaut à la quiétude d’esprit, une confiance dans le Très-Haut.

Lire la suite

LES PERSONNES SANS ENFANT : IMMATURES ?

Qu’est-ce que la maturité ?

Pour de nombreuses personnes, dans et en dehors des communautés musulmanes, la naissance d’un enfant donne accès à la maturité. Une maturité très souvent associée à la compétence d’un individu, dans son travail par exemple. Ainsi, une tâche mal exécutée résulterait d’une immaturité directement liée au statut de personnes sans enfant.

Dans certains imaginaires, la maturité serait donc liée au statut de parent. Autrement dit, de la bonne santé des ovules, des spermatozoïdes et de leur bonne utilisation dépendrait la maturité d’un individu.

Lire la suite

CONTINUER D’APPRECIER LE MOIS DE RAMADAN

Période spirituelle et surtout festive, le mois de Ramadan se transforme pour certains hommes et femmes sans enfant (hse et fse) en un mois pénible.

Le mois de Ramadan correspond au mois de l’espoir, de la spiritualité avec un grand S, et de la formulation de vœux, énormément de vœux même si c’est le pardon que nous devrions rechercher en premier.

Lire la suite

CHILDLESSNESS IN MUSLIM SOCIETIES

Have a child or remain one[1]

In a book explaining Islam to children and teenagers it stated that it is the duty of Muslim women to be mothers. I was surprised that the author, a non-Muslim, had grasped what few of us seem to acknowledge openly: that Muslim women are compelled to be mothers, even though it is not an Islamic requirement.

In order to challenge this discourse, we need to examine the  status of motherhood and childlessness within an Islamic framework. How has the Islamic legal system led Muslims to believe that women’s only function is childbearing? This re-examination means re-evaluating the status of motherhood, children and parents, and, to some extent, the role of marriage. It must lead to a reflection on the ethics of reproduction: how far should we support the thinking of obligation to have a child?

Lire la suite

EN ISLAM : CELIBATAIRE SANS ENFANT- UN STATUT COMME UN AUTRE

Au XXIe siècle, vivre célibataire sans enfant représente la double peine alors qu’à une période dans le passé au premier temps de l’islam, être célibataire sans enfant ne constituait qu’un statut parmi d’autres. Alors que s’est-il passé ?

Les cultures et les différentes interprétations de textes sacrés, servant des ambitions politico-religieuses, expliqueraient en grande partie ce grand écart.

Lire la suite

LE MOT FAMILLE – QUEL SENS LUI DONNER ?

« Réservé aux familles », « family friendly », « amener votre famille », « il/elle a une famille maintenant ! », « viens avec ta petite famille ! », « j’ai une famille maintenant » … vous avez vu ou entendu ces expressions. Ces expressions, à notre époque, discriminent. La raison en est simple : le mot famille désigne régulièrement un couple avec au moins un enfant ou un parent célibataire.

Le sens moderne du terme pose un problème, à mon sens. L’affirmation j’ai une famille maintenant, sous-entendant, « j’ai des enfants maintenant » exclue toute personne sans enfant d’une structure familiale propre. Avoir une famille se réalisant dès lors qu’un enfant partage la vie d’un couple.

Lire la suite

CHILDLESS PEOPLE AND THE EVIL EYE: VICTIMS OR PERPETRATORS?

Victim of a curse or source of evil eye for parents? Initially considered victims of the evil eye, childless women (the evil eye is often combined with the feminine!) after a certain age, are considered as the transmitter of the curse. They are therefore to be avoided.

In some Muslim communities, conceiving children is an obligation. Many Muslims are convinced that it is a baraka, at best a divine reward. These same people explain the absence of children by a punitive action of the Divine. With this in mind, the family or parents of a newborn child dread visits from a childless woman or a childless man .

Lire la suite

LES PERSONNES SANS ENFANT ET LE MAUVAIS ŒIL : VICTIMES OU BOURREAUX ?

Victime ou source de mauvais œil pour les parents ? D’abord jugées victimes du mauvais œil, les femmes sans enfant (le mauvais œil se conjugue aussi au féminin !) passé un certain âge, deviennent bourreaux ; elles seraient à l’origine de supposé mauvais œil. Elles sont donc à éviter.

Dans des communautés musulmanes, concevoir des enfants constitue une obligation. Beaucoup de musulmans ont la conviction que c’est une baraka, au mieux une récompense divine. Ces mêmes personnes expliquent l’absence d’enfant par une action punitive du Divin. Ayant cela à l’esprit, la famille ou les parents d’un nouveau-né redoutent les visites d’une femme sans enfant (fse) ou d’un homme sans enfant (hse).

Lire la suite