LE MOT FAMILLE – QUEL SENS LUI DONNER ?

« Réservé aux familles », « family friendly », « amener votre famille », « il/elle a une famille maintenant ! », « viens avec ta petite famille ! », « j’ai une famille maintenant » … vous avez vu ou entendu ces expressions. Ces expressions, à notre époque, discriminent. La raison en est simple : le mot famille désigne régulièrement un couple avec au moins un enfant ou un parent célibataire.

Le sens moderne du terme pose un problème, à mon sens. L’affirmation j’ai une famille maintenant, sous-entendant, « j’ai des enfants maintenant » exclue toute personne sans enfant d’une structure familiale propre. Avoir une famille se réalisant dès lors qu’un enfant partage la vie d’un couple.

L’on peut donc en faire partie (de la famille), mais ne pas en fonder une, comme l’on fonderait une entreprise dont on serait seul dirigeant avec son ou sa partenaire.

Ce mot engendre bien des souffrances chez des personnes sans enfant, en particulier si elles sont issues d’une famille adoptive ou d’autres structures d’accueil. Concevoir des enfants constitue pour des personnes sans repères généalogiques biologiques le moyen d’avoir sa propre famille. Construire sa famille est parfois même LE conseil de psychologues pour ne pas s’enfermer dans la douleur d’avoir grandi et de vivre sans parents. N’est-ce pas une suggestion cruelle pour celles et ceux qui ne peuvent enfanter ? En conservant la définition discriminante de famille à notre époque, elles en seront toujours dépourvues.

Sens du mot famille dans le Coran

Je me suis alors demandé si le terme famille et sa charge discriminante revêtaient le même sens dans le Coran.

J’ai voulu chercher des exemples et m’est venue l’idée du verset 83 de la sourate 7 puis je suis tombée sur les versets 10 de la sourate 20 et 55 de la sourate 19

Nous l’avons sauvé, lui (Lot) et sa famille[1]… (7 : 83)

Il (Moise) vit un feu et dit à sa famille[2],… (20 : 10)

Il (Ismaël) ordonnait à sa famille la prière et l’aumône[3]… (19 : 55)

Dans chaque verset, le mot ahlun est régulièrement traduit en français par famille. Or, ce mot possède plusieurs définitions dont habitant, peuple population, famille… Dans le livre The study Quran[4], une traduction anglaise commentée du Coran, l’explication du verset 83 de la sourate 7, suggère que le mot  famille , family en anglais, doit être compris plus inclusivement. Ce mot signifierait les croyants, les suiveurs de Lot.

Dans le second verset, le mot arabe ahla de ahlun souvent traduit en français par famille signifie aussi les gens, les habitants, la population. On peut donc aussi l’interpréter par les gens, les suiveurs. Enfin dans le troisième exemple, la version de Denise Masson traduit le mot ahlahou par sa famille alors que dans la traduction du livre The Study Quran le même mot est traduit par son peuple.

Ce qui m’amène à penser que le sens du mot famille est beaucoup plus inclusif que le sens qu’on lui octroie aujourd’hui. On pourrait ainsi en conclure que des personnes partageant une croyance et un mode de vie similaires appartiennent à une même famille.

Se réapproprier le mot famille

J’ai constaté que des « fans » se considèrent comme des membres d’une même famille. Lorsqu’ils se rencontrent à des concerts par exemple ou des réunions, organisées par un fan-club, ils utilisent le terme famille  pour se décrire. Pendant les célébrations de fin d’année, un groupe de rock a suggéré à ses admirateurs, seuls pendant les fêtes, d’entrer en contact avec d’autres fans parce qu’ils forment une famille.

Le monde moderne a rendu le mot famille exclusif alors qu’il se veut inclusif.

La famille ne se crée pas dès lors qu’un enfant entre dans la vie d’un couple, mais dès l’instant où l’on se rattache à un groupe partageant les mêmes croyances, goûts et opinions. Avec la force des moyens de communications numériques aujourd’hui, nul besoin de se voir physiquement pour clamer cette appartenance.

Finalement, on a tous une famille ! Sans nul doute, la communauté des personnes sans enfant constitue aussi une famille.


Crédit Photo Pexels Thirdman et Helena Lopes- Montage par Discussions Essentielles


[1] Le Coran, traduit par Denise Masson, Gallimard, 1967

[2] Le Coran, traduit par Denise Masson, Gallimard, 1967

[3] Le Coran, traduit par Denise Masson, Gallimard, 1967

[4] The study Quran A New Translation and Commentary, Seyyed Hossein Nasr, Harper one ,2015

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s